Normandie

GRIPARIS ANDREEA
Clasa a VII-a A

normandie

Géographie

L'âme des provinces françaises se révèle souvent à travers leur histoire, traditions et culture. La Normandie offre en plus une géographie source d'inspiration, de poésie et de rêverie (elle fut la muse de bien des artistes, de Monet à Proust en passant par les ciels enflammés de Boudin). Elle sait offrir la raison de sa vocation de terre d'influence : les cinq cent kilomètres de côte qui bordent la région ont vu venir les aventuriers (Northmen), les voyageurs et les commerçants. Les côtes encore ont attiré les parisiens dès qu'une certaine "Duchesse du Berry" lança la mode des "bains de mer" dans les années 1820

La Normandie est aussi un bocage qui, des collines du Perche (350m) jusqu'au Mont des Avaloirs et Signal d'Ecouves (477m) sont les plus hauts massifs de la France de l'ouest. Elle connaît des domaines de champs découverts consacrés au labour, des parcelles étroites et irrégulières de patûre éprouvant les ondulations du paysage ; elle est ponctuée de villages, de prairies ombragées de pommiers et les haies des bocages alignent leurs arbres en futaie. Les vallées normandes voient le hêtre régner sur ses forêts.
Les pommes sont partie intégrante de l'histoire de la Normandie ; les pommiers couvraient déjà le territoire au temps de la Gaule romaine. Ce n'est pourtant qu'en 1553 que "Gilles de Gouberville" distillera le premier cidre. Mais la pomme normande est aussi médicinale en cataplasmes ou en onguents ; elle fut l'un des cosmétiques prisés des belles dames de la Renaissance : la Pommade. Avec deux mille variétés de pommes, la Normandie est fière de sa production de cidre, pommeaux et eau-de-vie de cidre : Calvados ou "calva”.
La principale occupante des prairies normandes est connue du monde entier. La vache normande n'en est pas moins une actrice importante de l'économie régionale ; pour sa viande mais aussi son lait avec lequel on produit crème, beurre et les "héros" des plateaux de fromages comme le Camembert, le Pont-l'Evêque, le Livarot, etc... La richesse des paysages normands reflète également celle de ses habitants, de ses châteaux, de ses abbayes et aujourd'hui de ses entreprises. Elle est découpée en deux régions administratives :  la Haute-Normandie (départements de la Seine-Maritime et de l'Eure) comptant 1.737.000 habitants pour 12.317 km2 et la Basse-Normandie (départements de la Manche, du Calvados et de l'Orne) comptant 1.391.000 habitants pour 17.589 km2.
Ce sont les caprices de la nature et l'apogée de l'érosion qui offrirent à Etretat l'un des plus beaux sites naturels de France. Non sans humour, l'Aiguille inspira à "Maurice Leblanc" la rocambolesque idée d'être la caverne d'Ali-Baba de son personnage : Arsène Lupin. Depuis les Vikings remontant la Seine pour assièger Paris, la Normandie est résolument tournée vers la Capitale. Après avoir été le théâtre de la première ligne de chemin de fer, elle est traversée par la première autoroute française (A13) reliant aujourd'hui Paris à Caen et bientôt Argentan, puis Rouen à Calais. La liaison de la rive gauche à la rive droite de la Seine est réalisée par des monuments exemplaires : le Pont de Tancarville en 1959 et le Pont de Normandie en 1996. Ces liens de communication contribuent au développement touristique et économique de notre région.

Histoire de la Normandie
Au paléolithique, c'est-à-dire au premier âge de la préhistoire, déjà l'homme se promène dans la forêt normande et s'abreuve dans ses cours d'eau. En témoignent les abris sous roche au néolithique (il y a quelques cinq mille ans). Les habitants de la région domestiquent les chèvres, les cochons, les équidés et surtout se lancent dans "l'érection" d'énormes pierres que l'on appellera pierres plantées, graviers de Gargantua - toujours aussi mystérieux l'on pense généralement que ce sont des sépultures. L'âge du bronze, les occupants du sol deviennent experts dans la fusion du cuivre et de l'étain. L'histoire devient gauloise, après être passée par les Celtes venus d'Europe Centrale. Les Gaulois se forment en tribus : Véliocasses dans le Vexin, Lexiviens à Lisieux, Eburovices à Evreux, etc... Les Gaulois, bons laboureurs et bons soldats, sont de nature indisciplinée et turbulente et leur manque de cohésion fera que les légionnaires de César arriveront rapidement à se rendre maîtres de la région. Nos amateurs de cervoise et de charcuterie (déjà réputée) se laisseront civiliser par les Romains et ce pour quatre siècle au moins ; finis les vieux chemins gaulois tracés au gré de la fantaisie, les routes sont tracées de manière droite et rectiligne pavées

download