Le--chateau--de-bran

 

LE  CHATEAU  DE BRAN

           

 

C'est le chateau ou, plus que d'autre part, l'atmosphere des temps de Dracula est restee la meme.
Il est toutefois la construction fortifiee qu'impressionait le plus fort Vlad |epe], en ce qu'il concerne l'emplacement d'un passage secret, dans le coeur du montagne et qui se dirigeait vers la ville de Bra]ov, systeme qu'il a adopte pour son ch@teau de Poenari. 
            Le ch@teau de Bran a ete batit a la fin de XIV-eme siecle par Louis I d'Anjou, roi d'Hongrie pour la fortification des frontierres. Bien que l'intention d'edifier a cet endroit une forteresse est attestee documentaire depuis 1364, la construction fit reellement finite  en 1382.
           
Dans le XV-eme siecle, le chateau de Bran est passe sous la possesion de Mircea cel B`tr@n, mais apres sa mort en 1418, Sigismund de Luxemburg, donne l'autorite sur le ch@teau au voivode de Trnsilvanie. En 1442 Iancu de Hunedoara, vaince les armees otomanes a Bran et denomme Nicolae de Bizere comme Castelan de Bran.
            Etant place a l'intersection des grands chemins commerciales, la ville de Bra]ov, devient dans le XV-eme siecle une des plus importante centres economiques. En 1651 le ch@teau de Bran devient sa propriete par le contract  de vente signe de Gheorghe Racoczi le second.
            A la fin de XVII-eme les armees imperiales Autriches penetraint le principat de Transilvanie en imposant  la possesion habsburgique. Dans cettes conditionns  se produisaient des changements structurales dans l'organisation de la forteresse.  Comme consequence le chateau de Bran pert son rolle militaire.
           
Du point du vue architectonique, il faut premierement remarquer que la construction est perfaitement adaptee a la morfologie du terrain. Le rocher-pilier qui suporte le ch@teau se leve beaucoup dans la construction, jusque au quatriemme nivelle, sur la cote du nord. Les quatres toures et les murailles qui les joindrent, en realisant l'incinte du ch@teau, sont maconnes en grosse pierre de taille.
            La tour du cote nordique, la plus vieille, a la base carre et conturne le sommet de la rocher. A l'exterior on trouve six loucarnes et les fenetres de l'escalier vers le beffroi qui a un fronton avec des crenneles et des arcades arrondites. A la base de cette tour il existait le puits et le passage secret qui penetrait  le rocher.
            La tour du cote estique est la tour rectangulaire de la porte. La porte se trouve sur la grande cote de la tour et              il y avait aussi une ponte mobile. On peut atteindre le quatrieme etage en montent une escalier en bois. Cette tour s'apelle ausi La tour  noire  au cause des materiaux utilises en combat: cire, resine et goudron. Au XVII-eme siecle on a bati, sour la meme cote, une nouvelle tour carree avec six etages et avec une porte en bois de chene et quatre gondes en fer.
            La tour du cote vestique est cilindrique; depuis le XV-eme siecle il a ete utilise comme arsenal et c'est pour ca qu'il a ete renove plusieurs fois.
            La cour est  planchee avec des paves en granite et au cote du nord-est elle est terrasse. Ici on trouve un chapiteau de fontaine, en stile de Renaissance, mais qu'il est aporte ici dans le XX-eme siecle.
            En 1922, l'architecte Carol Lidman modifie la construction pour devenir ch@teau royal.
            Aujourd'hui le ch@teau est devenu musee.

www.clopotel.ro

es, dessins et objets d’art du XVIe au XXe siècle. On découvre notamment la magnifique collection impressionniste (Monet, Renoir, Sisley…) et des œuvres de David, Véronèse, Rubens, Caravage, Velasquez, Poussin, Gericault, Delacroix, Corot, Degas, Dufy, Modigliani, Duchamp-Villon.  
   

 

Présentation :   Mont Saint-michel
  A deux pas du Mont-Saint-Michel, la grande histoire de la Baie vous est contée. La Maison de la Baie, relais des Courtils, vous présente au fil d’un parcours audioguidé la naissance, la formation et l’évolution de la Baie du Mont-Saint-Michel. Votre voyage vous conduira jusqu’à un observatoire qui vous révèle un panorama d’exception sur la Baie.   

 

L'histoire de la Normandie se confond avec celle de ses abbayes. Du Vème siècle à nos jours, elles ont joué un rôle considérable tant aux plans spirituel, intellectuel et artistique, qu'aux plans politique et économique. Au nombre de 120 à l'époque de leur gloire, il en reste une soixantaine, qui constituent un patrimoine architectural d'une beauté et d'une richesse incomparables.

Deux ordres principaux se sont partagés en Normandie la primauté des communautés et des styles : les Bénédictins appartenant à la règle de St-Benoît (F&eac

download